LES 4 DIMENSIONS DANS LA SEXUALITÉ

 

1. La dimension physique, corporelle (Body-Corps)

 

Notre corps est le réceptacle des expériences sensorielles. On y expérimente des "sensations de base", qui composeront à la fois notre identité de genre ainsi que notre orientation sexuelle. L´expérience corporelle mettra également en relief le type de stimulations qui nous paraissent les plus érotiques. Les éléments de cette dimension renvoie aux 5 sens principaux goût, toucher, odorat, vue et ouïe) ainsi que toutes les autres sensations internes (le proprioceptif, comme par exemple les perceptions provenant du système digestif, cardiaque ou osseux). Explorer la dimension corporelle permet de voir surgir les aspects positifs (par exemple, des perceptions plus élevées ou bien la conscience d´une connexion corporelle et érotique agréable) et négatifs, c´est à dire les « zones d´ombre » (shadow) rattachées à nos sensations corporelles (par exemples des douleurs, un rejet voire un dégoût, des engourdissements, des dysfonctions présentes durant les relations sexuelle ou relatives à l´orgasme)

 

2. La dimension émotionnelle et affective (Cœur-Heart)

 

Dans cette dimension, on peut localiser et explorer les différentes émotions reliées à notre identité et orientation sexuelle. On cherche ensuite à comprendre comment elles nous influencent personnellement ou en relation à autrui, les partenaires et les autres qui nous entourent (composante sociale). De outre, il est possible de sentir comment les émotions présentes peuvent être influencées, voire affectées, par notre passé ou par un futur hypothétique. La dimension émotionnelle inclut notamment les thèmes de l´amour, la passion, la compassion, l´empathie, le désir mais aussi ceux de la peur, la tristesse, la colère ou bien le deuil. Ses aspects positifs sont par exemple : la capacité de s´ouvrir aux autres, d´avoir des émotions plus nuancées, ou de confier en soi-même ou aux autres, ou bien encore de ne pas vouloir toujours tout contrôler. Ses aspects négatifs sont: la constriction, l´anxiété, la méfiance, avoir un « cœur serré, fermé », la dépression, le conflit, la rage, l´ennui, la honte.

 

3. La dimension mentale (Mind)

 

Cette dimension mentale permet de chercher à comprendre les diverses problématiques qui affectent notre identité sexuelle et nos émotions. Elle se réfère aux messages et croyances que nous avons emmagasinées à propos de la sexualité, de l´intimité et de l´amour. Les informations que nous détenons proviennent généralement de sources extérieures telles que la famille, la religion, la médecine, les médias, et la culture (plus précisément celle où nous avons été élevés et éduqués). Cette dimension a rapport aux capacités d´imagination, d´intuition, la mémoire, les rêves, les fantaisies et fantasmes, les souhaits, les intentions, l´anticipation et les espoirs. Les aspects positifs du travail sur cette dimension sont par exemple : la curiosité, le discernement, l´expansion du système de croyances,  un certain degré d´illumination, la capacité de résoudre les problèmes auxquels on fait face et d´inventer des solutions alternatives.Ses aspects négatifs sont : la production de messages auto-limitatifs, de souvenirs négatifs, des obligations auto-imposées tels que des « je dois », des jugements rigides concernant la façon de prendre du plaisir et d´avoir droit au sexe, des jugements rigides à propos de « comment, quand et avec qui » l´on est supposé laisser émerger notre sexualité, et aussi l´expression d´un manque de curiosité général dans ce domaine.

 

4. La dimension spirituelle (Spirit)

 

La dimension spirituelle (Spirit) est celle où l´on peut explorer ce que le sexe, l´amour et

l´intimité signifient dans le contexte de notre identité sexuelle et de notre vie entière ; et découvrir comment ces éléments se relient à nous-même ou aux autre. En outre, l´on peut apercevoir une « force » derrière les choses et le monde, que l´on peut nommer « nature » ou « énergie universelle » ou n´importe quel autre nom (certains y voient la nécessité de nommer un Dieu ou des divinités, c´est à dire de l´associer à une expérience « religieuse »). Les aspects positifs émergeant du travail de cette dimension peuvent-être un sentiment de connexion avec un « Tout » puissant, ou la découverte d´un sens autrefois caché, ou bien encore l´impression d´avoir plus d´énergie, un sentiment de transcendance ou d´extase. Les aspects négatifs se traduisent par un sentiment de déconnexion, de dépression,

d´immobilisation, de doute ou d´incertitude.  

 

* Texte traduit de l´anglais et adapté de G. Ogden (2017). Expanding the practice of sex therapy. New York : Routletge.